Welcome to The Forum

Enregitrez vous maintenant pour disposer de toutes les fonctions du site comme créer un blog,un club,un mur comme les réseaux sociaux etc...

Une fois enregistré , vérifiez votre boite mail. Puis cliquez sur le lien pour confirmer votre inscription.

Ainsi vous pourrez vous connecter en tant que membre et profiter de toutes les fonctions

😆

 

Search the Community

Showing results for tags 'faire'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Blogs

  • les News Geek
  • GOTHcraft

Categories

  • les catégories des articles
    • Videos
  • News du site et du forum
  • infos divers,buzz
  • News Windows 10
  • Logiciel Windows
  • Astuces windows 10
  • pilote/ divers
  • Matériel PC
  • Jeux Windows
  • consoles+jeux
  • Smartphone iPhone et Logiciels android News
  • News Linux
  • Les News Android

Categories

  • Sharwares Windows
  • games windows with online
  • games window whithout online
  • emulateur for Windows and games (roms)

Forums

  • forum home
    • Présentation
    • News et Infos du Site
    • demandes
    • old posts
    • coup de geule
  • les news geek's Bienvenue

Product Groups

There are no results to display.

Categories

  • Videos buzz
  • videos clips
  • stream de jeux
  • humour

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me

Found 6 results

  1. Windows 11 a été officiellement lancé le 5 octobre 2021. Sa disponibilité est cependant limitée à un petit nombre d’ordinateur. Cette approche permet de mieux contrôler les processus de téléchargement et d’installation. En cas de problème des limitations peuvent être mises en place afin de stopper son déploiement sur certains PC « problématiques ». C’est justement ce qui se passe. Microsoft annonce que des applications peuvent ne pas fonctionner sous Windows 11. Toutes sortes de problèmes sont possibles allant jusqu’à un plantage du PC. Du coup la publication de Windows 11 a été suspendue sur ces ordinateurs. Redmond explique “Des problèmes de compatibilité ont été trouvés entre les applications utilisant des caractères non-ASCII dans leurs clés ou sous-clés de Registre et Windows 11. Les applications concernées peuvent ne pas pouvoir s’ouvrir et peuvent provoquer d’autres problèmes ou erreurs dans Windows, y compris la possibilité de recevoir une erreur avec un écran bleu.” Windows 11, en enquête est en cours Ce dysfonctionnement est à l’étude. Une enquête est en cours afin de mieux comprendre ce souci de compatibilité. Un correctif est déjà promis mais aucun calendrier n’a été donné. Du coup nous ne savons pas quand va reprendre le déploiement de l’OS pour ces machines. Le géant ajoute seulement “Pour protéger votre expérience de mise à niveau, nous avons appliqué une suspension de compatibilité Windows 11 sur ces appareils. Si votre organisation utilise Update Compliance, l’ID de protection pour les appareils équipés du navigateur Cốc Cốc est 35891494. L’identifiant de sauvegarde pour les appareils avec Aplicação Autenticação.gov est 36632506.” A noter que cette restriction ne concerne que le déploiement via Windows Update. Ces PC peuvent contourner cette limitation en passant par une autre méthode comme l’utilisation de l’utilitaire de création de supports. Il permet de créer un support de démarrage et donc de déployer le système d’exploitation malgré les restrictions officielles. Microsoft ne recommande cependant pas cette « manœuvre », car des problèmes importants sont susceptible de se produire. Windows 11, voici les différents problèmes connus Windows 11 est disponible depuis quelques heures. L’OS est proposé par différents canaux. Microsoft liste quelques problèmes connus.
  2. Ça y est, Windows 11 est de sortie ! Si le système d’exploitation est destiné à officiellement succéder à Windows 10, certains PC qui tournent sur l’actuel OS de Microsoft ne seront pas éligibles à la nouvelle version. Le principal problème venant de la présence (ou non) de la puce TPM 2.0 sur la carte mère du PC. On vous explique tout ce qu'il y a à savoir sur le fameux module qui fait tant parler de lui depuis quelque temps. Dès son annonce en juin 2021, Windows 11 a essuyé un torrent de critiques concernant sa compatibilité. Pour faire fonctionner le nouveau système d’exploitation, le PC doit disposer d’une puce TPM 2.0 (Trusted Platform Module), un dispositif mis en place par les constructeurs il y a de nombreuses années déjà. Encore faut-il que la puce en question soit de dernière génération : car selon Microsoft, les premiers modèles ne sont pas pris en charge par Windows 11. Mais au fait, à quoi ça sert, une puce TPM 2.0 ? À partir de quelle génération de carte mère la trouve-t-on ? Faut-il tout changer ou peut-on l'ajouter sur un PC sans devoir racheter une nouvelle configuration ? Et pourquoi certaines configurations pourtant récentes semblent de ne pas en disposer ? Pas simple de s'y retrouver en somme, c’est pourquoi nous avons entrepris de vous aider à y voir plus clair à l’aide de ce petit tutoriel. QUELLE EST LA CONFIGURATION MINIMALE RECOMMANDÉE POUR INSTALLER WINDOWS 11 ? Selon Microsoft, voici la liste nécessaire des composants nécessaires à l’installation de Windows 11 sur PC : Processeur 64 bits à 1 GHz avec au moins 2 cœurs 4 Go de RAM 64 Go d’espace de stockage Firmware compatible UEFI avec démarrage sécurisé Composant TPM 2.0 Carte graphique compatible DirectX 12 avec pilote WDDM 2.0 Écran haute définition en 720p avec une diagonale supérieure à 9″ Connexion internet et compte Microsoft obligatoires pour l’édition Windows 11 Famille UNE PUCE TPM, C’EST QUOI ET À QUOI ÇA SERT ? Le rôle d'une puce TPM consiste principalement à stocker des clés de chiffrement. Il s'agit d'un composant totalement indépendant du reste de la machine. À l'origine, il s'agissait d'une petite puce qui devait être l'origine ajoutée à la carte mère d'un PC. Aujourd'hui, le TPM est un composant qui est directement intégré à celle-ci. En clair, si le TPM se présentait à la base sous la forme d’une puce distincte, il est désormais directement intégré au firmware de la carte mère. La commercialisation des premiers composants TPM remonte à 2006, mais seuls quelques ordinateurs portables et destinés aux professionnels en ont bénéficié à l’époque. En réalité, il faudra attendre la standardisation de l’ISO/IEC 11889 en 2009 pour que les PC commencent réellement à profiter de cette technologie. Le module s’est démocratisé au fil des années, pour devenir aujourd’hui un standard disponible sur l’ensemble des PC, qu’il s’agisse d’une machine de bureau comme d’un PC portable. QUELS SONT LES PC QUI PROFITENT D'UNE PUCE TPM INTÉGRÉE ? Il y a eu différentes itérations du composant TPM. La dernière en date est la version 2.0. Si sa validation remonte à 2014, il faudra attendre 2016 pour voir apparaître TPM 2.0 à grande échelle sur les cartes mères. En résumé : si votre PC date d’avant 2016, il y a de fortes chances pour qu’il soit considéré comme obsolète par Windows 11. Quelques modèles de cartes mères commercialisées entre 2014 et 2016 sont néanmoins susceptibles de profiter du module, mais elles sont plutôt rares. Vous ne pourrez pas faire installer le nouveau système d’exploitation en passant par Windows Update. En revanche, vous pourrez réaliser une installation complète de Windows 11 à l’aide du fichier ISO et en le copiant sur une clé USB bootable. si votre PC date d'après 2016, vous devriez pouvoir installer Windows 11 sans trop de difficulté. En revanche, il se peut qu'il faille activer le TPM 2.0, comme nous allons le voir un peu plus tard, car le module n'est pas nécessairement activé par défaut. POURQUOI FAUT-IL UNE PUCE TPM POUR INSTALLER WINDOWS 11 ? Le module TPM permet de stocker des clés de chiffrement. Concrètement, cette fonctionnalité offre la possibilité de gérer “matériellement” la clé de chiffrement des données. Dans le cas de Windows, elle peut être utilisée par Bitlocker. A quoi cela sert il ? Introduit avec Windows Vista, Bitlocker permet de sécuriser l'intégralité d'un disque dur. Dans le cas où Bitlocker ne serait pas mis en place sur un PC, et si ce même PC venait à être volé, il suffirait de retirer le disque dur et de le brancher sur un autre PC pour en lire le contenu. En revanche, dès lors que la technologie Bitlocker est activée sur un PC, il est impossible d'exploiter les données qui y sont enregistrées. Bitlocker prenant en charge les clés XTS-AES 128 et 256 bits (un système de protection très fort), les données sont considérées comme inviolables. Dans ses premières versions, Bitlocker stockait sa clé de déchiffrement sur une clé USB. Aujourd'hui, celle-ci est stockée sur la fameuse TPM dont il est question ici. Cela confère au système une sécurité bien plus importante. Pour s'identifier, l'utilisateur peut toujours faire appel à une clé USB ou à un dispositif comme un capteur d'empreinte digital. Microsoft est totalement conscient du fait que la nécessité d'avoir une puce TPM 2.0 va obliger une certaine partie des utilisateurs à rester sur Windows 10. Une position clairement assumée par la firme de Redmond. David Weston, en charge du développement de l'OS, a ainsi indiqué dans les colonnes de CRN : « Beaucoup de choses autour de cette sortie initiale de Windows 11 n’est pas l’objectif, mais simplement la première étape du voyage. Nous disons « nous pouvons maintenant garantir que vous avez une puce TPM. Cela signifie que je suis sûr que les développeurs stockent les informations sensibles concernant l’identification dans le matériel ». Nous ne pouvions pas garantir ça sur Windows 10 quand juste un petit pourcentage des utilisateurs en était équipé. (…) Plus d’applications n’auront plus besoins de mots de passe par défaut. Plus pourront chiffrer leurs données. » En clair, no TPM no party. L'objectif de Microsoft est de créer un parc informatique ultra sécurisé et Windows 11 devrait grandement contribuer à cette tâche. COMMENT VÉRIFIER LA PRÉSENCE DE LA PUCE TPM 2.0 SUR SON PC ? Pour vérifier que votre PC dispose bien d’un composant TPM 2.0 et que celui-ci a été activé, deux solutions s’offrent à vous depuis Windows 10. La première consiste à se reporter aux indications de l’application Sécurité Windows. Procédez comme suit : Lancez le module des Paramètres en pressant simultanément les touches [Windows] + [I]. Rendez-vous ensuite sur Mise à jour et sécurité. Cliquez sur Sécurité Windows. Sélectionnez l’option Sécurité de l’appareil. Dans la section Processeur de sécurité, cliquez sur Détails du processeur de sécurité. Vous devriez y voir la version du module TPM de votre PC. S’il s’agit de l’édition 2.0, votre configuration est éligible à Windows 11. Si la version de la puce TPM est inférieure 2.0 ou si vous n'en avez pas du tout, vous pourrez quand même prétendre à Windows 11. Il faudra installer le système à l’aide des ISO. Mais prenez garde : à terme, vous ne disposerez plus des mises à jour du système d'exploitation. Votre PC risque donc de se retrouver démuni dans les prochains mois et il vous faudra alors réinstaller Windows 10 ou un OS alternatif. Dans le cas où votre machine ne serait du tout compatible avec Windows 11, mieux vaut envisager un changement de configuration matérielle (c'est sûr, ça fait mal au portefeuille). Si vous souhaitez vérifier la présence et l’activation du composant TPM 2.0 sur votre ordinateur, il existe une autre façon de procéder. Voici comment faire : Dans le champ de recherche de Windows 10, entrez le terme msc. Lancez l’application qui s’affiche dans les résultats. S’ouvre alors l’outil de Gestion de module de plateforme sécurisée sur l’ordinateur local. La puce TPM ainsi que son numéro de version devraient alors apparaître, comme sur la capture d’écran ci-dessous. COMMENT ACTIVER LA PUCE TPM 2.0 ? En fonction du modèle et du fabricant de votre carte mère, il se peut que la puce TPM ne soit pas activée. En conséquence de quoi votre configuration peut paraître inéligible, alors que ça devrait pourtant être le cas. Rassurez-vous, l’activation du ce petit composant est finalement assez simple. Commencez par accéder à l’UEFI de votre machine. Pour cela, vous avez le choix : Depuis Windows 10, rendez-vous le module des paramètres (touches [Windows] + [I]), puis cliquez sur Mise à jour et sécurité > Récupération > Démarrage avancé > Redémarrer maintenant. Cliquez sur Dépannage, puis sur Options avancées. Sélectionnez finalement l’option Changer les paramètres du microprogramme UEFI. Sinon, vous pouvez également accédez au BIOS ou à l’UEFI de votre machine en pressant l’une des touches suivantes dès le démarrage de votre PC (tout dépend du constructeur de votre carte mère) : [F1], [F2], [F8], [F10], [F12] ou [Suppr]. Sur les tablettes Microsoft Surface, il faut presser simultanément le bouton de volume [+] et le bouton [Marche/arrêt]. Après accéder à l’UEFI de votre PC, vous devriez pouvoir accéder aux réglages TPM. Celle-ci se trouve généralement dans la partie Sécurité. Elle peut s’intituler tout bonnement TPM (TCM) comme sur la capture ci-dessous, ou bien Intel PTT, Intel Platform Trust Technology, AMD FTPM, AMD PSP TPM… Pour activer la prise en charge du TPM, tout dépend en fin de compte du fabricant de votre appareil. Voici des liens vers les constructeurs les plus courants : Asus Dell HP Lenovo Microsoft Surface PEUT-ON AJOUTER UNE PUCE TPM 2.0 SUR SON PC QUI N'EN A PAS ? Sur un ordinateur de bureau, il est tout à fait possible d'ajouter une puce TPM 2.0 sur une carte mère qui est en dépourvu. Il y a une dizaine d'années, les constructeurs avaient prévu le coup en intégrant à leur carte mère un petit slot d'extension permettant de connecter une puce TPM 2.0. L'opération s'effectue en une poignée de secondes et se révèle encore plus simple que d'ajouter de la RAM ou de changer la carte graphique. Mais il y a quand même deux gros hics : d'une part, les prix des puces TPM 2.0 ont flambé depuis que Microsoft a annoncé la nécessité d'un tel composant pour faire fonctionner Windows 11. Alors qu'on en trouvait pour une dizaine d'euros début 2021, la puce TPM 2.0 a vu son prix quintupler depuis juin. Une opération pas franchement rentable : à moins de posséder une carte mère et un processeur de très haut de gamme datant d'avant 2016 (et encore…), mieux vaut opter se tourner vers une configuration un peu plus récente. d'autre part, et c'est le principal problème : trop peu de modèles de cartes mères sont capables d'accueillir une puce TPM 2.0. Avant 2016, les cartes les plus onéreuses en étaient équipées. AVEC WINDOWS 11, PEUT-ON TRICHER ET SE PASSER DE PUCE TPM 2.0 ? Il y a moyen de contourner cette limitation en installant le système d’exploitation à l’aide du fichier ISO et non en passant par le Windows Update. Donc d’installer Windows 11 sur un PC équipé d’une ancienne puce TPM. Pour savoir comment faire, n'hésitez pas à consulter notre tutoriel permettant d'installer Windows 11 sur un PC non compatible et sans puce TPM 2.0. Néanmoins, les utilisateurs qui tenteront l'aventure ne bénéficieront plus des prochaines mises à jour du système d'exploitation. Si nous avons installé l'OS sur plusieurs PC pourtant non éligibles et avons pu bénéficier de deux mises à jour de l'OS, on ignore cependant quand Microsoft coupera les ponts. Il est possible que d'ici quelques mois, il ne soit plus possible de maintenir à jour son système d'exploitation. Ce qui posera problème, puisqu'il ne sera plus possible non plus de faire machine arrière et de revenir à Windows 10… À moins de tout réinstaller, ce qui n'est guère pratique.
  3. Playground Games a annoncé une série de détails concernant la version PC de Forza Horizon 5, notamment la configuration recommandée pour les ordinateurs équipés de cartes graphiques AMD et Nvidia. La configuration requise pour votre ordinateur, qui a été révélée sur le site officiel de la série, est divisée en trois niveaux différents : minimum, recommandé et idéal. Les spécifications idéales sont sans surprise assez élevées par rapport aux autres niveaux, puisqu'elles incluent un processeur Intel i7-10700K ou un Ryzen 7 3800 XT et un GPU Nvidia RTX 3080 ou AMD Radeon RX 6800 XT. Pour faire tourner le jeu au minimum, il vous faudra au moins utiliser un GPU AMD Radeon RX 470 ou une Nvidia GeForce GTX 970 et utiliser un processeur Ryzen 3 1200 ou Intel i5-4460. La configuration recommandée demande une carte graphique AMD Radeon RX 590 ou Nvidia GTX 1070, ainsi qu’un processeur Ryzen 1500 X ou un Intel i5-8400. À lire également – Forza Horizon 5 : la Xbox Series X crache ses tripes dans cette vidéo époustouflante de 14 minutes Combien d’espace de stockage avez-vous besoin pour installer Forza Horizon 5 ? Avant même de pouvoir utiliser Forza Horizon 5, vous devrez l'installer. Pour ce faire, vous aurez besoin d'au moins 110 Go d'espace libre sur un disque dur ou, de préférence, sur un disque dur SSD. Forza Horizon 5 demande également un minimum de 8 Go de RAM, et il vous faudra 16 Go pour jouer confortablement. Il faudra également s’assurer d’utiliser Windows 10 avec la mise à jour de novembre 2019 (1909) ou une version ultérieure. Enfin, la version PC de Forza Horizon 5 offrira une prise en charge intégrée des écrans ultra-larges 21:9. Le retour haptique sur la manette sans fil Xbox est également de la partie sur toutes les versions du jeu, y compris sur Steam. Il est aussi confirmé qu'il vous sera possible d’utiliser de nombreux volants Logitech, Thrustmaster et Fanatec. Vous pouvez retrouver la liste complète ci-dessous : Logitech : Driving Force, G25, G27, G29, G920, G923PS, G923XB, Momo Thrustmaster : Ferrari 458, T150 RS, T300 RS, T500 RS, TMX, T-GT, TS-XW, TX, TS-PC Fanatec : V1, V2, V2.5, CSL, CSL DD, DD1, DD2, Universal HUB device Il ne reste plus que 40 jours avant la sortie de Forza Horizon 5 sur Xbox One, Xbox Series X/S et les PC Windows 10, le 9 novembre prochain. Ceux qui ont précommandé l'édition Premium auront accès au jeu quatre jours plus tôt, le 5 novembre. En attendant, vous pouvez aller redécouvrir 8 minutes de gameplay à couper le souffle.
  4. La Nvidia Shield TV tourne encore et toujours sous Android 9. Logique de voir de nombreux utilisateurs sur une éventuelle migration vers une version plus récente de Google TV (anciennement Android TV) sur les forums du constructeur. Et justement, Nvidia vient d'apporter une réponse claire et concise. Comme vous le savez peut-être, la Shield TV de Nvidia a reçu il y a quelques semaines maintenant une nouvelle mise à jour, qui a pour principal nouveauté de moderniser l'interface du boitier dans le style Google TV (anciennement Android TV). On retrouve des grandes illustrations en tête de l'interface pour mettre en avant certains programmes phares, tandis que le nombre d'icônes différentes a été nettement réduit pour plus de lisibilité. Mais là n'est pas le propos. Cette MAJ concerne encore et toujours la version de Android TV basée sur Android 9. Après des années de bons et loyaux services, de nombreux utilisateurs ont commencé à interpeller l'équipe de Nvidia sur le forum officiel pour savoir s'il était prévu de migrer bientôt vers une version plus moderne de l'OS de Google, et notamment Android 10 peut-être. SHIELD TV : ANDROID 10 N'EST PAS ASSEZ INTÉRESSANT Or, il s'avère que Nvidia a apporté discrètement une réponse à cette question sur le forum en juillet 2021. Pour Nvidia, il n'y a aucun intérêt à migrer sous Android 10. Pourquoi me demandez-vous ? Aux yeux de l'entreprise, les nouveautés entre Android 9 et Android 10 ne sont pas suffisamment importantes et significatives pour justifier une migration. “Le développement de la Shield TV est toujours en cours, nous venons de sortir une nouvelle il n'y a pas si longtemps. Android 10 n'était pas une option pour Android TV, nous avons donc décidé de l'ignorer car l'effort était importante et il n'y avait pas d'impact essentiel pour les utilisateurs finaux autre que le changement de version. En dehors de cela, nous ne parlons plus de notre feuille de route à l'avance, mais je peux vous dire qu'il y a toujours beaucoup de développement en cours pour la Shield”, a écrit Nvidia sur son forum. Si l'on s'amuse à lire entre les lignes, on peut légitiment penser qu'Android 12 représente une mise à jour bien plus intéressante et pertinente pour Nvidia. Il ne serait pas étonnant que le constructeur annonce prochainement une migration vers la dernière version de l'OS de Google. Pour rappel, un portage non-officiel de LineageOS permettait de profiter d'Android 10 sur votre Nvidia Shield TV.
  5. Windows 11 va laisser beaucoup d’ordinateurs sur le carreau. Microsoft a donc eu l’idée de simplifier la vie des utilisateurs en leur proposant un outil capable d’évaluer si leur configuration sera en mesure de faire tourner son nouveau système. Un outil trop simpliste et qui a été vivement critiqué depuis sa sortie, forçant la firme à faire marche arrière. Fort heureusement, il existe une alternative. Elle s’appelle WhyNotWin11 et elle est bien plus efficace que l’outil original. Comme avec chaque nouvelle version, Windows 11 nécessitera une configuration minimale spécifique pour tourner. Windows 11, l’OS sensible Si ces prérequis ne sont pas très exigeants, la configuration n’est cependant qu’une partie du problème. Microsoft a également fait le choix de ne rendre son nouveau système compatible qu’avec les configurations capables de faire tourner TPM 2.0 et toutes les technologies qui en découlent. Un point qui n’a pas fait que des heureux et qui a valu de nombreuses critiques à la firme. Seul problème, TPM 2.0 est une option que l’utilisateur peut décider de désactiver dans le BIOS. Beaucoup de configurations ont donc été marquées comme non valides par l’outil de Microsoft alors qu’elles peuvent techniquement faire tourner Windows 11. A lire aussi : 4 choses à retenir au sujet de Windows 11 Un outil pour savoir ce qui bloque Si vous avez vous-même été confronté à un refus de la part de l’outil de la firme, alors vous vous demandez peut-être ce qui coince. Malheureusement pour vous, l’outil en question n’est pas (encore) capable d’expliquer la raison de l’incompatibilité de la configuration avec ce nouveau Windows. Des développeurs ont donc eu l’idée de développer un outil alternatif plus précis : WhyNotWindows11. Un outil qui a finalement deux atouts. Le premier, c’est son fonctionnement. Il s’agit en effet d’un utilitaire portable. Il pourra donc s’exécuter sans être installé sur la configuration, depuis une clé ou un disque dur externe. Particularité qui simplifiera la vie des techniciens puisqu’ils pourront de ce fait analyser rapidement les machines de leur parc sans avoir à installer quoi que ce soit dessus. A lire aussi : 3 raisons pour lesquelles Windows 11 va vous énerver Le second avantage a trait aux informations qu’il délivrera. WhyNotWindows11 ne se contentera pas de vous indiquer si votre ordinateur est ou non compatible avec Windows 11. Il vous affichera le résultat obtenu pour chaque test. Si quelque chose coince, vous pourrez donc visualiser l’origine du problème et savoir si cette incompatibilité est provoquée par un manque de puissance, un problème de partition ou même par un souci au niveau du démarrage sécurisé. Très clairement, WhyNotWindows11 est l’outil que Microsoft aurait dû proposer dès le départ. Et si vous voulez le tester, pas de problème, il suffit de le récupérer à cette adresse. A noter que nous avons publié hier un guide pour vous expliquer comment installer la version bêta de Windows 11.
  6. Bugatti en a visiblement assez de faire des courses de dragster contre d’autres voitures, et chercherait de nouveaux moyens pour démontrer les capacités du puissant moteur W16 de la Chiron. Alors, pourquoi ne pas affronter un avion de chasse ? Il y a quelques années en 2007, Top Gear avait fait s’affronter la Bugatti Veyron avec un Eurofighter Typhoon, mais ce dernier l’avait emporté sur l’hypercar. Bugatti n’a visiblement pas été satisfait des résultats, puisqu’aujourd’hui, 14 ans plus tard, c’est la Bugatti Chiron qui est confrontée à un avion de chasse français, le Rafale. Il ne s’agirait pas de n’importe quelle Bugatti Chiron, mais de la Chiron Sport Les Légendes du Ciel, que le constructeur a dévoilé l’année dernière en édition très limitée. Elle aurait été nommée ainsi en hommage aux casse-cous du ciel français, et son gris mat s’inspirerait de l’extérieur métallique des avions du début du 20e siècle. La Bugatti Chiron accélère plus vite que le Rafale La Chiron Pur Sport est équipée d’un moteur W16 de 8,0 litres, capable de développer une puissance de 1 500 chevaux et un couple de 1 600 Nm. Face à elle se trouve un avion de chasse Dassault Rafale de la Marine française, qui est habitué à décoller des porte-avions. Les deux turboréacteurs de l’avion de combat seraient capables de produire près de 58 550 newtons de poussée, ce qui équivaut à environ 5 727 chevaux. Avec ses 16 cylindres, une Bugatti Chiron classique pourrait atteindre les 500 km/h. Cependant, elle évidemment est bien loin de l’avion de chasse Rafale de Dassault, qui peut lui atteindre une vitesse maximale de Mach 1,8, soit environ 1 912 km/h. Sur la vidéo ci-dessous, on peut voir que la Bugatti Chiron accélère beaucoup plus rapidement que l’avion de chasse. Elle aurait atteint les 100 km/h en seulement 2,4 secondes, les 200 km/h en 6,1 secondes. Elle dépasse ensuite la barre des 300 km/h en 13,1 secondes et les 400 km/h en 30 secondes. Il semble que celle-ci ait été débridée pour l’occasion, puisqu’une Bugatti Chiron Pur Sport ne dépasserait pas les 350 km/h. L’avion, quant à lui, a décollé à environ 260 km/h après avoir parcouru 450 mètres sur la piste. La vidéo n’annonce pas clairement qui a gagné la course, mais il semble que celle-ci ait été serrée. « Je me suis éloigné du Rafale pendant les premières centaines de mètres. », a expliqué Pierre-Henri Raphanel, qui pilotait l’hypercar de Bugatti. Cependant, « après quelques centaines de mètres supplémentaires, il était à environ 20 mètres au-dessus et à côté de moi dans les airs. Un spectacle incroyable et fantastique. »