Welcome to The Forum

Enregitrez vous maintenant pour disposer de toutes les fonctions du site comme créer un blog,un club,un mur comme les réseaux sociaux etc...

Une fois enregistré , vérifiez votre boite mail. Puis cliquez sur le lien pour confirmer votre inscription.

Ainsi vous pourrez vous connecter en tant que membre et profiter de toutes les fonctions

😆

 

Covid-19 – Le virus était déjà présent en France en novembre 2019


bugsi
 Share

Recommended Posts

  • Administrators

corona virus.jpg

Le Sars-Cov-2 n’a pas été détecté pour la première fois en janvier en France.

Des travaux de chercheurs français publiés samedi 6 février dans la revue European Journal of Epidemiology mettent à mal l’hypothèse d’un départ de l’épidémie sur le marché chinois de Wuhan au début du mois de décembre 2019.

Le département de l’Oise a lontemps été considéré comme le point de départ de la diffusion du virus avec un “patient zéro” identifié “la deuxième semaine” du mois de janvier. La vérité pourrait être bien différente.

Interpellés par plusieurs cas cliniques ayant précédé l’épidémie de Covid-19, des médecins de l’hôpital Albert-Schweitzer de Colmar (Haut-Rhin) réanalysaient, en mai, plusieurs centaines de scanners thoraciques de patients admis dans leur établissement dès octobre 2019, pour des pneumopathies sévères. Un de ces malades, hospitalisé le 16 novembre, était porteur de lésions évocatrices du Covid-19. Une présence du nouveau coronavirus sur le territoire français était dès lors suspectée à cette date, mais sans analyse de prélèvements biologiques, l’hypothèse demeurait fragile.

Des travaux de chercheurs français publiés samedi 6 février dans la revue 

Hidden Content

    Give reaction or reply to this topic to see the hidden content.
 viennent balayer ces doutes : ils indiquent, avec un haut niveau de preuve, que le SARS-CoV-2 circulait déjà en France en novembre 2019.

Ces chercheurs, conduits par le professeur Fabrice Carrat, directeur de l’Institut Pierre-Louis d’épidémiologie et de santé publique (Inserm, Sorbonne Université), ont  analysé 9 144 échantillons sanguins.
Ils les ont d’abord mis à l’épreuve d’un test rapide détectant des immunoglobulines de type G (IgG) anti-SARS-CoV-2. Ce test étant connu pour donner des “faux positifs”, les auteurs ont ensuite pratiqué un second test.

1 pour 1.000 en décembre

Ainsi, sur les 9.144 échantillons analysés, treize prélevés entre novembre et janvier se sont révélés positifs aux deux tests, dont dix prélevés en novembre ou décembre. “Nous avons commencé par analyser des échantillons prélevés en janvier et février, et nous en avons trouvé bien plus de positifs que ce à quoi nous nous attendions, explique l’épidémiologiste Marie Zins (Inserm, université de Paris) dans les colonnes du 

Hidden Content

    Give reaction or reply to this topic to see the hidden content.
, principale investigatrice de la cohorte “Constances”. Nous avons donc cherché à voir si nous en trouvions dès l’automne.”

Pour le directeur de cette étude, M. Carrat, “ces résultats suggèrent que dès les mois de novembre et décembre, le taux de contamination dans la population française est déjà de l’ordre d’un cas pour mille”.

Hidden Content

    Give reaction or reply to this topic to see the hidden content.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share